Histoire

  C’est à la fin du XIIIème siècle qu’est construit la Grand’Cour, peu avant la guerre de Cent Ans. Pierre de Mornay, évêque d’Auxerre, alors chancelier de Philippe le Bel, fait édifier cette maison-forte en remplacement du château en bois que sa famille habitait depuis le XIème siècle. Il l’intègre dans une ligne de châteaux qui permet de surveiller les voisins, Anglais au sud et Bourguignons à l’est. Ces places protègent les villageois contre les razzias des brigands et des mercenaires qui forment les armées de l’époque. photo_8Il semble que le site n’ait pas connu de bataille décisive pendant la guerre de Cent Ans : la chevauchée du Chevalier Noir vers Bourges se solde par un échec et les Bourguignons sont plus intéressés par le Nord. A la fin du XIVème siècle, les frontières du royaume sont élargies, les voisins sont plus loin, et si sévissent encore des brigands, il n’y a plus de mercenaires : la région est pacifiée. Le château perd alors son rôle défensif et retrouve sa vocation de demeure seigneuriale. Au début du XVème siècle, les successeurs des Mornay élèvent le second étage de la tour et font fructifier le domaine. Mais au XVIème siècle un incendie ravage le logis seigneurial et, bien que la tour et l’enceinte aient été épargnées, les bâtiments sont abandonnés … et oubliés ! Quand surviennent les conflits religieux au XVIIème, il n’y a plus de représentant d’un quelconque pouvoir au château … il n’est donc pas attaqué, ni détruit. De même, il est quasiment ignoré pendant la Révolution au XVIIIème siècle, d’autant que dès 1750 s’est installé un tuilier, qui a construit la longère actuelle. La tuilerie subsistera jusqu’en 1901, époque à laquelle le château devient une ferme. Ce n’est qu’à la fin des années 80 que sont entrepris des travaux de restauration, que les douves sont recreusées et que le mur d’enceinte est reconstitué sur tout le pourtour pour préserver l’architecture initiale.